La 910XT : partenaire idéale pour le triathlon

Dans cet article, j’ai choisi de vous parler de la nouvelle compagne qui partage mon quotidien depuis maintenant plus d’un mois. En effet, après 3 ans de bons et loyaux services, ma plus fidèle amie, la Forerunner 110 de chez Garmin, a laissé place à la 910XT. Je lorgnais sur ce modèle depuis sa sortie (début 2012), néanmoins son prix excessif (400 euros) a toujours freiné mes hardeurs. Ayant profité d’une bonne occasion sur 2ememain.be, j’ai pu l’acquérir auprès d’un coureur très sympathique ne l’utilisant que très peu. Après une quarantaine d’activités diverses, j’en suis extrêmement satisfait.

Cet article ne se veut pas être un test complet avec tous les détails techniques. Vous en trouverez assez sur le net et ils sont, pour moi, souvent un peu ennuyeux. J’essaie ici de pointer du doigt les spécificités et les petits détails qui peuvent intéresser un utilisateur régulier. Il m’arrivera également de comparer la 910XT avec le modèle qui la précède (310XT) et celui qui la suit (920XT). Ceci afin de pouvoir éventuellement aiguiller le choix d’un sportif friand de technologie comme moi 🙂

N.B. Les deux grandes marques concurrentes à Garmin (USA) sont finlandaises : Polar et Suunto. N’ayant jusqu’à maintenant utilisé que des produits Garmin, je ne pourrais malheureusement pas vous fournir une analogie ou un comparatif avec les produits de ces autres marques.

Pour moi, la Forerunner 110 (maintenant remplacée par la 210) est le meilleur rapport qualité/prix de la marque pour la course à pied. Couplée à une ceinture cardio, elle permet d’avoir toutes les informations nécessaires pour un bon entraînement (temps, vitesse, distance et pulsations). Récemment converti au triathlon, mon seul grand regret était de ne pas pouvoir l’emmener se baigner avec moi.

Après bon nombre de sorties en course à pied ou en vélo, j’ai eu néanmoins le temps de déceler les quelques faiblesses de ce modèle :

  • imprécision des pulsations en début de séance : il arrivait souvent que les pulsations soient anormalement hautes avant de redescendre et se stabiliser après quelques minutes de course ;
  • imprécision du dénivelé : je n’ai jamais considéré les informations d’altitude très fiables ;
  • acquisition lente des satellites : parfois besoin de 3 à 4 min pour capter le signal GPS ;
  • fiche 4 contacts permettant la charge pas évidente à fixer correctement sur la montre ;
  • ceinture cardio un peu rigide.

Faiblesses qui m’ont, finalement, amené à acquérir la Forerunner 910.

Interface, ergonomie et utilisation

Design

la 910XT étant plus imposante (dimensions et poids) que la 110, je craignais que sa présence se fasse ressentir lors des différentes activités. Néanmoins, son design, encore amélioré par rapport à la 310XT, fait qu’elle épouse parfaitement la forme du poignet.

Le design de la Garmin Forerunner® 910XT

plus Que ce soit en course à pied ou en natation, la montre se fait parfaitement oublier.
fleche-haut La 920XT, quant à elle, se veut encore plus légère et moins encombrante pour un confort d’utilisation accru.

Ceinture cardio

Par rapport à la ceinture cardio de la 110 et depuis les nouveaux modèles (210, 310XT), on retrouve une ceinture entièrement faite de textile souple sur laquelle on vient clipser le capteur.
plus La ceinture est ainsi confortable à porter.
fleche-haut Avec le lancement de la Forerunner 225, Garmin a été la première des 3 grandes marques à intégrer un capteur optique pour mesurer la fréquence cardiaque directement au poignet.

Cette technologie doit encore être éprouvée mais elle remplacera très certainement, pour la plus grande joie des sportifs, l’utilisation de la ceinture cardio. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à lire l’article suivant : « Est-ce que les capteurs cardio optiques peuvent remplacer les ceintures ? » (sur montre-cardio-gps.fr).

Interface

La prise en main de la 910XT est facile et la navigation dans les différents menus est intuitive.

moins Le seul petit défaut quant à l’utilisation est que les boutons latéraux sont assez durs et nécessitent un appui franc . Ceci est un inconvénient quand on désire les utiliser durant l’effort.

Au niveau interface, un avantage que j’ai fort apprécié par rapport à la 110, est :
plus la possibilité d’afficher jusqu’à 4 données sur l’écran (comme la 310 XT) avec une bonne lisibilité.
Je n’ai plus besoin d’appuyer sur un bouton et de jongler entre les différents affichages pour avoir accès aux données que je désire, un seul coup d’œil suffit !
plus La possibilité d’avoir une alerte où la montre vibre plutôt qu’une alerte sonore.
plus Le transfert des données sans fil vers le PC grâce à la technologie ANT+.
fleche-haut La 920XT offre un écran couleur, permet de lire ses SMS et ses mails, d’être directement connecté au réseaux sociaux mais ceci n’est pas d’un grand intérêt pour moi.

Batterie et chargement

Fini de devoir recharger sa montre après trois ou quatre activités.
plus La 910XT, comme sa précédente, affiche jusqu’à 20h d’autonomie un utilisation GPS.
fleche-haut La 920XT fait grimper l’autonomie à 24h.
plus Depuis la 310XT, un effort a été réalisé quant à la prise de chargement. Deux points de contacts suffisent et la prise, une fois mise en place, ne bouge pas.

En action !

Natation

Mon plus grand attrait pour la 910XT était de pouvoir suivre mon évolution en natation. En comparaison avec la 310XT, seulement capable d’enregistrer le temps et la distance lors d’une nage en eau libre, sa grande sœur fait bien plus.
plus Grâce à l’intégration d’un accéléromètre, la 910XT permet en effet une analyse de la dynamique de nage. Elle peut vous fournir les données suivantes :

  • nombre de longueurs ;
  • fréquence et nombre de mouvements ;
  • SWOLF.

Le dernier terme, un peu mystérieux, désigne tout simplement l’addition du temps et du nombre de mouvements que vous mettez pour faire une longueur. Si 30 sec. et 14 mouvements vous sont nécessaires pour réaliser une longueur, votre SWOLF sera de 44. Comme au golf (d’où la contraction entre swim et golf), plus ce chiffre est bas plus votre nage est efficace.

L'interface Garmin Connect pour une séance de natation en piscine

L’interface Garmin Connect pour une séance de natation en piscine

plus Bien que je ne trouve pas ça très utile, La 910XT possède également un mode de reconnaissance du type de nage (libre, brasse, dos , papillon, mixte).
moins Puisque basé sur le mouvement du bras, les longueurs réalisées en battement de jambes ou lors de certains éducatifs de nage ne sont pas comptabilisées.
moins La ceinture cardio de la 910XT est waterproof mais ne transmet pas ses informations dans l’eau, ce que je trouve un peu dommage.
fleche-haut Couplée au HRM-swim ou HRM-Tri, la 920XT fournit les données de pulsations même dans l’eau.

Pas mal de personnes se plaignaient d’une imprécision sur le compte des longueurs en piscine. L’ayant maintenant utilisée une dizaine de fois, il n’y a qu’une séance pour laquelle la montre m’a compté une longueur en plus. Pour le reste, le compte était juste, même lorsque j’ai enclenché le chrono au milieu d’une longueur. Il faut dire que je nage quasi exclusivement en crawl et que mes virages (demi-tour dans l’eau) sont bien marqués, ce qui aide je présume.

Je n’ai malheureusement pas encore eu l’occasion de tester la 910XT en eau libre ; ça ne saurait tarder !

Course à pied

Pas d’évolution transcendante quant aux données fournies en course à pied.

J’utilise deux pages d’informations :

  • Page 1 que je consulte pendant la séance : chrono – distance – vitesse moyenne sur le circuit (1km) – pulsations ;
  • Page 2 que je consulte souvent après la séance pour un bref résumé : chrono – distance – vitesse moyenne sur toute la séance – gain d’altitude.

Une découverte intéressante fût celle d’un paramètre appelé « Training effect » (TE) qui mesure l’impact d’une activité physique sur votre capacité cardio-respiratoire. Prenant des valeurs entre 0 et 5, le calcul du TE se base sur les informations de votre profil utilisateur, la fréquence cardiaque, la durée et l’intensité de votre activité.

Training Effect Description
de 1,0 à 1,9 Aide à la récupération (activités courtes). Améliore l’endurance avec des activités plus longues (plus de 40 minutes).
de 2,0 à 2,9 Entretient votre capacité cardio-respiratoire.
de 3,0 à 3,9 Améliore votre capacité cardio-respiratoire à condition d’être répété dans le cadre de votre programme d’entraînement hebdomadaire.
de 4,0 à 4,9 Améliore considérablement votre capacité cardio-respiratoire si l’exercice est répété 1 ou 2 fois par semaine avec un temps de récupération suffisant.
5,0 Provoque une surcharge temporaire avec une amélioration importante. Procédez avec une extrême prudence lorsque vous choisissez cette valeur. Requiert des jours de récupération supplémentaires.

L’appareil se base sur plusieurs activités pour déterminer votre capacité cardio-respiratoire. La technologie Training Effect est fournie par Firstbeat Technologies. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site firstbeattechnologies.com.

fleche-haut Utilisée avec le moniteur HRM-Run, la 920XT peut fournir des données sur la dynamique de course :

  • cadence (nombre de pas total par minute) ;
  • oscillation verticale [cm] (nombre de ‘bonds’ pendant la foulée) ;
  • temps de contact avec le sol [ms] (le temps passé le pied posé au sol à chaque pas).

La jauge de couleur permet de comparer vos performances à celles d’autres coureurs de la même catégorie.

Le comparateur sur la Forerunner® 920XT

La Forerunner® 920XT

N’ayant jamais utilisé ces données, je ne sais pas dire si elles peuvent servir de référence pour des entraînement ciblés …

Au niveau matériel au sein de la 910XT, notons :
plus Une grosse amélioration au niveau de la précision des données GPS et d’altitude. La 910XT intègre en effet le nouveau micro-processeur SiRFStar IV pour la navigation et un altimètre barométrique pour l’altitude.

Attention, Garmin a essuyé pas mal de soucis liés à l’altimètre lors de la sortie de la 910XT. Selon plusieurs sources, les problèmes sont désormais résolus et les données sont fiables.

plus Acquisition rapide des satellites. Selon les conditions, de 20 sec. à 1 min. 30 sont nécessaires pour acquérir le signal GPS.

moins Afin d’enregistrer les données lors d’une course sur tapis, il est nécessaire de coupler la 910XT à un capteur de foulée. La 920XT intègre, elle, un accéléromètre permettant de se passer de ce capteur.

Un accéléromètre

Un accéléromètre

moins Lors d’une sortie sur piste, j’ai pu remarquer une imprécision sur les données de distance. En effet, la montre surestimait systématiquement la distance d’un tour de piste (jusqu’à 100 m de plus sur 2km; soit une erreur de 5%). Je vais mettre cela sur le dos du tracé qui ne doit pas être facile pour la montre. Je pense que pour un maximum de précision sur piste, il faut coupler la montre à un capteur de foulée. D’ailleurs, selon le site montre-cardio-gps.fr, la 910XT couplée à un capteur de foulée serait plus précise que la 920XT. A confirmer …

Distance mesurée sur des intervalles de 2km

Distance mesurée sur des intervalles de 2.000 m

Vélo

Il existe des supports permettant une fixation rapide de la 910XT sur le vélo mais personnellement je la garde au poignet. Comme en course à pied, j’utilise deux pages d’informations:

  • Page 1 que je consulte pendant la séance : chrono – distance – vitesse instantanée – pulsations ;
  • Page 2 que je consulte souvent après la séance pour un bref résumé : chrono – distance – vitesse moyenne sur toute la séance – gain d’altitude.

Selon moi, la 910XT ne devient intéressante en vélo que si on la couple à un capteur de cadence et/ou de puissance. En effet, ce sont souvent des données utilisées pour cibler les entraînements et mesurer réellement l’évolution.

L’investissement dans un capteur de puissance est encore trop coûteux pour un amateur comme moi (compter 1.000 euros pour le Garmin Vector). Je pense par contre m’équiper d’un capteur de cadence (GSC-10) d’ici peu. Celui-ci fonctionne avec un aimant fixé sur un des rayons pour mesurer la vitesse et un autre fixé sur la pédale pour mesurer la cadence.

Un capteur de cadence

Un capteur de cadence – crédit photo : navrchol.sk

moins Présente sur certains modèles de GPS dédiés au vélo, la fonction qui stoppe puis relance automatiquement le chrono lors des arrêts n’est pas intégrée à la 910XT. Je trouve cela dommage car on ne pense pas toujours à redémarrer le chrono et cela fausse les données. Mais bon … je suis peut-être un peu exigeant.

Multisport

La 910XT possède un mode multi-sport très pratique pour le triathlon. Vous pouvez choisir un enchaînement de sports entre run – bike – swim – other. Lors d’un triathlon, il ne vous suffit que d’appuyer sur le le bouton lap au début et en fin de chaque transition et la montre change de sport automatiquement.

En résumé

Nous voyons que Garmin a pris conscience des faiblesses de ses modèles précédents et les a gommés dans ses nouveaux produits.

La Forerunner 210 reste, selon moi, le meilleur produit pour un entraînement normal en course à pied. Il faudra passer au modèle 620 si l’utilisateur veut avoir accès aux données de cadence, d’oscillation verticale et de temps de contact avec le sol. La 225 n’ajoute rien si ce n’est un capteur cardio intégré directement au poignet, technologie nouvelle qui doit encore faire ses preuves.

De par sa polyvalence, la 910XT est le produit incontournable de la gamme pour les triathlètes ou les adeptes de multi-sports en général. De par son autonomie et son altimètre, elle ravira également les coureurs de longue distance (trail et ultra) ou les amateurs de sports plus ‘exotiques’ (ski alpin, de fond, alpinisme, …).

Ceux qui disposent d’un budget plus élevé et souhaitent s’offrir les dernières technologies trouveront leur bonheur avec la 920XT, bien que pour moi ce qu’elle offre en plus de la 910XT n’est pas très utile.

Pour des tests complets de la 910 et 920XT, je vous invite à lire ces articles :

Rémy Castiaux ©RunningGeek.be 2015